Un certain regard ...

Un certain regard   ...

L'art du XXème siècle vu pas Eric Emmanuel Scmitt (interview)

PAROLES D’ERIC EMMANUEL SCHMITT

https://www.youtube.com/watch?v=3gnc5vfYDz8

Interview à Eric-Emmanuel Schmitt, écrivain et metteur en scène, réalisée pendant le Festivaletteratura 2007 à Mantoua par Luciano Minerva dans la Galleria darte Corraini.

 

J’aime tellement l’art que je n’aime pas les impostures artistiques et je trouve que notre époque à vraiment fait écho  à beaucoup trop d’impostures.

C’est à dire que le propre de l’art du siècle précédant  du XXème  siècle c’est qu’il y a eu cette idée que l’art progressait et que chaque génération inventait quelque chose d’autre. Il n’y a  que des enfants rebelles dans toute l’histoire du XXème siècle. A chaque fois le fils tue le père, tue la génération précédente alors que  pendant  des siècles l’art était une transmission, c’était des fils qui aimaient leur père.

Donc l’art du XXème  siècle, se manifestant par des ruptures, a donné beaucoup de place aux discours,  aux concepts,  beaucoup trop de place aux discours et  aux concepts.

Certains artistes ne sont en fait que des idéologues, ou des philosophes qui ont un discours sur l’art plus qu’une œuvre.

Le XXème siècle a  inventait l’artiste sans œuvre,  l’artiste qui ne fait rien de ses mains qui expose simplement un urinoir dans un musée ou qui fait un événement, un happening, dans un musée. Le XXème  siècle a apporté beaucoup,  mais plus au discours sur l’art, à la philosophie de l’art, à la théorie sur l’art, qu’à l’art peut être  lui-même. Donc ça a ouvert la porte ce travail sur « ce qu’est une œuvre d’art »,  à mon avis, à beaucoup d’impostures, aux publicistes, aux provocateurs,  aux gens qui sont plus  bruyants en paroles qu’en acte et donc à de faux artistes.  Je crois qu’il n’a jamais été aussi facile d’être un faux artiste,  d’être un escroc, qu’au siècle  que nous venons de vivre.

Dans le passé c’était difficile  d’être un faux artiste car  il fallait apprendre à  peindre ou à sculpter et   au XXème siècle certains  se sont mis  à faire du bruit plutôt que des œuvre c’est vraie en peinture, c’est vraie en dessin, c’est vraie en sculpture, c’est vraie aussi  en musique.

Moi je suis passionné par  la musique et dans les années 80 j’étais  étudiant à Paris, j’allais écouter les concerts de musique contemporaine et suivre les cours de Pierre Boulez  que je connais bien maintenant d’ailleurs à  l’IRCAM. Et  bien il y avait  les programmes souvent de ces œuvres, les programmes avec les commentaires sur  la réflexion, sur la syntaxe musicale,  le rythme, l’harmonie.  Le programme était plus intéressant que l’œuvre.  Le commentaire avait pris le pas sur l’œuvre et ça, ça me parait être une autre  façon de faire mourir l’art,  quand le commentaire est plus important que l’œuvre, ou quand le commentaire est plus intéressant  que l’œuvre ou quand l’œuvre ne peut pas se passer du commentaire pour être intéressante.

Donc c’est  mon amour de l’art qui me fait dénoncer les simulacres artistiques et les gens qui font du bruit c'est-à-dire qui prennent la parole sur l’art au lieu de présenter des œuvres.

 



08/04/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres